Rechercher
  • laureinlove

3. octobre 2018

Mis à jour : avr. 3

Coucou les choupix, petit retour en arrière de deux mois pour mes présentations...


Alors voilà le topo : octobre 2018 : Laure : célibataire, sans enfants, sans appart, sans crédit, sans vision du futur.


J'ai 33 ans, je suis à l'automne de ma vie comme dirait Joe. C'est ma plus vieille -dans tous les sens du terme- amie, une pétillante retraitée, qui n'est pas toujours attentive quand on lui raconte quelque chose (du genre je parle d'une histoire au boulot où un patient m'insulte au téléphone, elle me coupe en plein milieu pour lui demander de faire un cake salé pour son départ en retraite (!!)) mais quand c'est important elle sait se refocus pour écouter, conseiller et même consoler. Important ce dernier point.


Je suis donc célibataire.

Depuis trois semaines.

Ouf ! Ça fait du bien.

J'ai dégagé les histoires de coeur sans fin, merdiques (voir un des prochain post je vais probablement en parler).

Je suis vraiment prête à rencontrer quelqu'un.


Non, plutôt j'ai rencontré quelqu'un ! Enfin je pense que je peux dire ça pour lui.

J.

On discute beaucoup depuis 2 semaines, environ 200 sms par jour, sans exagérer... En fait il a commenté une photo sur mon insta, du coup je l'ai rajouté en voyant qu'il m'avait déjà mis dans sa liste d'amis, et depuis on papote. Il est adorable, gentil et très important : il est célibataire depuis 2 ans. Et le must : il est craquant !

J'ai fouiné son insta évidemment... en toute bonne agent du FBI que je suis hihi.

Je le sens bien ce mec... Rien que d'en parler, je flotte sur mon nuage... ah tiens quand on parle du loup, j'ai un sms de lui ! #sourirejusqauxoreilles : "je rentre du boulot, j'ai enfin fini, comment s'est passée ton aprem ? t'es dispo pour papoter ?"

J'adore... En plus il ne fait pas de fautes...

Aaaahhhh j'ai hâte de le rencontrer !! Mais il part dans quelques jours en vacances, il reste 3 semaines à Los Angeles chez son frère qui vit là-bas, donc ce sera pour début décembre quand il rentrera.

Bon j'avoue la patience et moi ça fait 2, heureusement qu'on s'écrit un peu dans la journée puis toute la soirée !

Ah et il me fait rire, il a l'air de me ressembler sur beaucoup de points...


Ne nous emballons pas, il a l'air super mais il faut d'abord qu'on se rencontre !


Sinon j'expliquais que je suis sans enfant (pas prête du tout, du tout, du tout), je n'oublie jamais ma pilule, je tiens pour le moment à garder encore quelques temps mon corps svelte et ferme, enfin surtout svelte, et je n'ai pas encore l'horloge biologique qui tictactic.


Pour finir : je suis sans appartement. Du moins je n'en ai pas un qui m'appartienne, je vis dans ma maison familiale, qui est assez imposante. Elle appartient à mes grands-parents paternels, compte 6 appartements répartis en 2 appartements par étage (superficie d'un étage 170m2 environ). Y vivent : grand-mère grand-père soeur à mon père et son mari dans un appartement communiquant ; également mes parents en duplex au dernier étage avec mon frère (31 ans, toujours chez maman et papa, jamais parti, bref comme j'y retourne no comment) ; et les 3 derniers appartements sont loués à des connaissances de ma famille.


J'ai donc posé bagages dans un appartement vacant au RDC, qui était en premier lieu une salle de jeux/fêtes de famille (j'ai une méga grande famille, vraiment on s'y perd) et heureusement (pour moi dans ce cas), depuis environ 8 ans on a abandonné les grandes retrouvailles familiales, cause d'éloignement des uns et prises de becs avec les autres.

Après l'avoir repeinte, isolée, plafonnée, tuyautée, solée (= posage de sol, oui j'aime bien inventer des mots), mon père a continué l'évolution de cette salle mais dans une autre direction : il y a 5 ans la pièce qui faisait office d'entrée/vestiaire est devenue une "cuisine d'été", comme aime à le dire ma mère, qui donne sur notre jardin avec piscine, et enfin une salle de bains de 4m2 fut créée il y a 3 ans.

Finalement c'est devenu un loft, qui est par contre meublé par rapport à sa fonction première avec billard, bar, tables et chaises, décoration de garçonnière (posters de nanas à demi-nues et de pubs de vodka), canapé et pour finir un bureau.

Mais au final il y a tout le nécessaire pour mon installation ! Je suis la première à vivre dedans... J'inaugure !

Je transforme le canapé en lit permanent, j'ai même de la place pour mettre ma table basse, mon meuble télé, mon portant de fringues, mes cartons d'affaires et mes 2 magnifiques fauteuils Ik*a.


Le temps de trouver un nouveau cocon à investir (au sens propre et figuré), je table sur une occupation des lieux pour 3-4 mois, max 5.

Bon j'avoue ça fait déjà 2 mois et je n'ai pas encore trouvé ni même cherché.

Mon boulot me prends tellement la tête. Je suis tiraillée : si je quitte ce poste, je ferais mieux de n'avoir aucun crédit sur le dos en attendant de trouver ma voie, mais d'un autre côté j'ai vraiment envie de trouver un nouvel appartement... Bon on verra bien. Le destin va trancher pour moi.


Pour l'instant tout se passe bien, seul hic dans cette histoire : mes parents vivent au-dessus de ma tête... Comment dire... Je n'ai pas l'habitude...Du tout.

Ils veulent, gentiment, mais quand même assez insisitement, savoir si je sors, si je rentre, si je mange avec eux, et si non ce que j'ai déjà mangé, etc... C'est normal d'un côté je comprends ils veulent s'organiser et s'ils ne voient pas ma voiture savoir que je suis en sécurité.

Mais j'ai 33 ans quand même...

En tout cas heureusement on a un étage qui nous sépare, mais je les vois tous les jours quand même et j'ai l'impression d'être surveillée.

Et je dois rendre des comptes.

Même si ça part d'un bon sentiment.

Plus habituée moi.

Mais quand j'y pense, ça me prépare au jour où je serais en couple sérieusement. On va dire ça et voir cette situation du côté bénéfique pour moi (clin d'oeil).


J'ai donc réfléchi.

Par rapport à mon boulot.

Et je réfléchi encore.

Et je discute avec mon entourage.

Et surtout avec J.

Je lui ai parlé de cette idée une rupture conventionnelle... Il m'a dit qu'il y a 5 ans il a quitté son poste de banquier de cette façon, puis il était quelques mois au chômage, a fait des formations et a pu ouvrir son entreprise de dépannage en tous genres.

J'admire.

Il a osé...

Plein de gens osent...


Alors pourquoi pas moi !


De toute façon, vu mes conditions personnelles idéales et professionnelles désastreuses, c'est maintenant où jamais.


Je vais demander une rupture conventionnelle.


C'est le moment.


#laureinlove



11 vues

©2019 par Laure Blogueuse. Créé avec Wix.com