Rechercher
  • laureinlove

4. #ruptureconventionnelle

Mis à jour : avr. 3

Ça y est !


Ça y est !


Oh mon dieu !


On est le 2 novembre et j'ai osé demander !!


Aahhh !


A marquer d'une pierre blanche, d'une croix rouge, d'un sortilège vaudou, n'importe quoi !


Oh Merde quand j'y pense !


Youhouuuu !

Je suis folle...


5 ans que j'en ai marre il était temps que je me lance !


J'ai envie de le crier à la terre entière !


Tellement dingue... la situation et moi...


J'ai eu des put***n de couilles de demander une rupture conventionnelle à mes patrons !


Et ils ont accepté !


Youhouuuu !


Enfin 2 patrons sur 3 ont accepté.


Faut savoir que j'ai 5 patrons, 2 femmes et 3 hommes. Les 3 hommes gèrent tout le cabinet et les femmes consultent et louent leur bureau et entre guillemets nous louent nous secrétaires.


Alors, j'ai eu une discussion avec la conseillère pôle emploi de mon frère sur les options et les solutions post-rupture conventionnelle, super nana, super à l'écoute, super sympa, elle m'a donné le courage de demander.

Pour info si vous n'êtes pas au premier jour de chômage vous ne pouvez pas vous inscrire sur pôle emploi et vous ne pouvez contacter aucun conseiller. Mon frère m'a donc gentiment -j'ai dû demander au moins 5 fois- donné l'adresse mail de sa conseillère qui m'a rappelé (woaouww) et a répondu à toutes les questions que je posais dans mon long mail, et ce point par point (re woauww).

J'ai adoré.

J'étais scotchée.

Elle m'a rassurée.

Elle aura des chocolats quand je viendrai en rdv.


Donc ce fameux 2 novembre, j'annonce.

Pour commencer à 2 sur 3 de mes patrons.

Leurs réponses en mixé : "Comment ? Ah bon ? Ben oui, si vous voulez partir ! Vous allez nous manquer... Mais vous êtes sûre ? Juste maintenant qu'on a rénové le cabinet ? Vous êtes sûre ?! Bon d'accord si vous n'êtes plus heureuse au travail et que vous voulez vous réorienter... Mais vous voulez partir quand ? Vous êtes vraiment sûre Laure ?"

Mes réponses en mixé : "Oh oui je veux partir ! Oui je suis extrêmement sûre !

Demain c'est possible ?" je l'ai pensé fort ça mais j'ai gentiment proposé de terminer l'année civile.

"Oh oui je veux me réorienter, je ne peux plus rester...Je ne sais pas encore dans quoi, je vais sûrement tendre vers quelque chose comme naturopathe/magnétiseur, enfin il faut que je travaille sur moi-même pour me trouver, et me retrouver."


Oh oui ! Ils ont dit oui ! Stop ce job, stop le stress, stop le réveil qui sonne et stop la première phrase à la bouche qui est "oh nan put*** fait chier !"


Et là, comme pour casser mon rêve éveillé -notez que j'ai déjà presque remballé toutes mes affaires (mon gilet, ma tasse, des enveloppes blanches au passage et quelques stylos)- voilà que le 4 novembre mon "grand patron" revient de vacances. Celui qui gère les secrétaires, "le boulot le plus difficile du cabinet" comme il le dit si bien, reprend ses quartiers.

Et là je me prend un NON dans ma gueule !

Un magnifique : "ce n'est pas parce que vous vous appelez Laure que je vous aurez ce que vous voulez !"

Hein ??

Quuuooooiiiiiiiiiiii ?

Quoi ? Quoi ? Quoi ?

Mais je ne suis déjà plus là !

Enfin dans ma tête !


La raison de ce NON monumental : "ce n'est pas le moment, nous venons de faire les travaux pour moderniser le cabinet, ça nous a mis tous les comptes dans le rouge, et il faut former quelqu'un, et on a besoin de vous, et qui va..." BLA BLA Laure n'écoute plus !

En gros, il faut surtout que vous ayez votre salaire en totalité à la fin du mois hein, Docteur !!

D'ailleurs tiens parlons-en des travaux : on a investi la cave qui avait été refaite avec juste 2 bureaux de consultation au lieu de 5, le temps que le cabinet soit opérationnel ET on alternait à 3 secrétaires au lieu de 4, dans un bureau/cagibi, sans voir la lumière du jour, mais ce n'est qu'un détail ! Heureusement merci Célinette qui a eu le bon timing pour tomber enceinte et prendre son congé mat...

Et d'ailleurs j'y pense cher patron ça fait un salaire en moins à payer pour toi car congé mat payé par sécu !

Et merde je ne suis pas indispensable suffit que mes collègues se bougent le cul, et pour former quelqu'un pas de souci je m'en occuperai comme ça elle sera à mon image : Laure expresso !

...

En fait bien sûr je ne dis rien, je suis sous le choc, j'ai les larmes aux yeux.


Mais je lui fait explique que je veux partir, c'est pas une blague, il me dit de démissionner.

Je rajoute que si je démissionne je ne touche pas d'aide ni d'accès aux formations, il me répond d'accord alors patientez 1 an et demi on pourra vous payer vos indemnités.

Je lui dit non, je suis vraiment pas bien, je supporte plus tout ce stress, je ne tiendrais pas un an et demi. Réponse : vous faites une dépression ? allez voir un psy !

Ah.

Ok.

Sympa.

Merde.


Mais euh, on s'entend bien normalement ! Je ne le comprends pas là. Bon je sors du bureau. Je pars la tête basse c'est la fin de ma journée. J'écris à J, je lui raconte tout, il me dit que un an et demi c'est pas mal, c'est mieux que rien.

Moui.

Peut-être.


Non ! Allez quoi ! Remerde !


Allez, je connais mon patron, il va changer d'avis, je vais le saouler jusqu'à ce qu'il craque, il va revenir sur la négociation, j'en suis sûre ! Il revient toujours sur ses propos après réflexion !

Je vais lui en reparler, je vais tenter de couper la poire en deux, mais J me conseille de laisser passer le week-end, il a raison... Direct lundi matin j'attaque le sujet.


Mais rien ne se passe jamais comme prévu ! Vendredi en arrivant à 7:26 il me lance : "bonjour Laure, vous avez pris une décision ?" Ah euh, ben oui, comment te dire... je veux partir, quelle question ! Il est con lui...

Je n'ai pas répondu ça évidemment, mais : "j'ai pensé Docteur, que je pourrais rester encore 6 mois. Comme ça vous avez le temps de renflouer les caisses, et moi de former quelqu'un !"

Il négocie encore "6 mois à partir de janvier ?"

- "Noonnnnn à partir de maintenant comme ça je pars en vacances en avril (à NYC et Los Angeles) et je ne reviens plus !"

- "Allez Laure vous pouvez bien faire ça, j'ai fait un effort vous aussi !" me dit-il avec un énorme sourire...

Je respire, j'ai envie de rigoler c'est nerveux, "bon d'accord"

- "Ok on fait ça" je souri aussi !


Là j'ai envie de hurler de joie !!

Put***n de merde, de bordel de Fu** de jsaispasquoi !!

Youuuuhhhhhhhoooooooooouuuuuu !!

C'est un OUI !


Mama Mia !!!

Je plane !!

Je suis sur mon nuage !!

Je vais enfin pouvoir quitter ce job lassant, énervant, stressant, crispant, et découvrir pour quel métier je suis faite !

Bon ça c'est pas gagné...

mais youhhhooooouuuuuuuu !!


Commencer la journée comme ça c'est juste merveilleux.

J'espère qu'il ne changera pas d'avis.

Non il ne changera pas...

Quoi que... On peut signer tout de suite ?


N'empêche, des fois, je me dis que je suis folle, que j'ai craqué mon string... Oui parce qu'entre nous je ne porte pas de slip, jamais...

Et de toute façon mes couilles rentrent dans mes strings, façon de parler je rigole...

Mais n'empêche elles rentrent, easy.


#bigsmile #girlpower #poleemploi #ruptureconventionnelle



#laureinlove


6 vues

©2019 par Laure Blogueuse. Créé avec Wix.com